Version mobile

Treize années bien remplies

L'histoire, selon l'un de ses principaux protagoniste, Michel Lefebvre, commence en 1969, au congrès de Williamstown, où l'altimétrie spatiale a, pour la première fois, été évoquée comme une possibilité intéressante, et techniquement faisable. On aurait pu, à vrai dire, la faire débuter plus tôt, avec le premier homme prenant un bateau et essayant de comprendre l'océan sur lequel il flotte ; ou bien avec Benjamin Franklin, en 1777, localisant le Gulf Stream sur une carte marine ; ou encore avec le Challenger et la première campagne océanographique de mesure ; avec la première année géophysique international et la coïncidence avec le lancement de Spoutnik, en 1957 ; ou, plus tard avec Skylab et Geos3, premiers satellites à embarquer un altimètre dans les années 1970 ; ou enfin avec Seasat en 1978, le premier satellite dont les résultats seront réellement exploitables -- et exploités...
En 1981, l'altimètre Poséidon est soumis au Cnes avec une proposition d'embarquement sur le premier Spot. À la Nasa, dans le même temps, on souhaite continuer le succès de Seasat, en proposant Topex (Topography Experiment). Aucune des deux agences n'ayant cependant les budgets pour ce genre de projet. Dès 1983, un rapprochement des deux projets est à l'étude.
En 1987, le Cnes et la Nasa s'associent officiellement pour un projet commun embarquant des instruments français et américains, sur une plateforme américaine, lancé par une fusée européenne (Ariane 4) : Topex/Poséidon est né.

1992: le lancement

Quand, le 10 août 1992, Topex/Poséidon est lancé depuis Kourou, c'est l'aboutissement de toute cette histoire. Fruit d'un long travail de conception des instruments, de construction et de tests, le satellite rejoint son orbite. Des données datées, localisées très précisément, et corrigées des corrections d'environnement, sont ainsi rapidement obtenues au sol permettant de convertir un écho radar en une "hauteur de mer".
 
La première mesure altimétrique de Topex/Poséidon n'est pas issue de l'instrument principal, Topex (dont la programmation rendait difficile la mesure avant qu'il n'ait atteint son orbite définitive) mais de l'instrument expérimental Poséidon-1, le 21 août 1992.

1993

Dès 1993, les premières données sont distribuées aux équipes associées au projet, et les premières images sont calculées, tracées et publiées (série "Quick-look"). On compare ces images à celles obtenues depuis cent ans par les mesures en mer. Non seulement elles correspondent, mais on obtient plus de détail avec le satellite en dix jours !

1994

En 1994, Topex/Poséidon observe son premier "El Niño". Ceci était attendu : Geosat avait déjà permis de voir l'épisode de 1987 (mais ses données étaient classifiées à l'époque). Là, on pouvait observer le phénomène se dérouler au fur et à mesure.
Les premières données "à valeur ajoutée" Aviso sont également produites facilitant l'accès à une large communauté d'utilisateurs. De 35 utilisateurs, membres du groupe scientifique, on passe à plus de 100 équipes de recherche recevant des données altimétriques Aviso (environ 700 aujourd'hui).
Aviso ouvre son site web ("l'ancêtre" de celui que vous consultez aujourd'hui) également en 1994, afin de mieux informer les utilisateurs de ses données.

1995

1995 marque une nouvelle étape : Topex/Poséidon atteint sa durée de vie nominale de 3 ans (qu'il excèdera finalement de 10 ans !) et les tout premiers résultats scientifiques sont publiés. De plus Mercator, projet d'océanographie opérationnelle d'initiative francaise, est proposé cette année-là, avec les données altimétriques comme source nécessaire pour la qualité des prévisions.

1996

En 1996 commence le premier retraitement des données Topex/Poséidon. Les améliorations apportées, issues de la collaboration des équipes du groupe scientifique (SWT) permettent d'améliorer notablement la qualité des données. Une précision de 2 à 3 cm est alors atteinte (contre 13 cm spécifiés avant le lancement). On arrive ainsi à une précision équivalente à mesurer la longueur d'un stade de football au micron près.
ERS-2, lancé l'année précédente livre ses premières données. À l'aide de celles-ci (et des données ERS-1), Aviso se lance dans le "multi-mission", c'est à dire l'intercalibration des satellites entre eux (avec Topex/Poséidon, mission dédiée à l'océan comme référence). On obtient ainsi une résolution plus fine sur la circulation océanique, en particulier sur les tourbillons.

1997

L'année 1997 est celle "du" El Niño : il s'agit du plus fort et du plus long El Niño du 20e siècle. D'un point de vue altimétrique, il aura été suivi en temps quasi-réel par Topex/Poséidon depuis ses prémices jusqu'au basculement en phase "La Niña" fin 1999. 1997 est en effet l'année où les données Aviso en "temps quasi-réel" sont systématiquement publiées. Ces données à livraison rapide sont un élément indispensable pour l'océanographie opérationnelle.

1998

Outre la poursuite du El Niño "du siècle", 1998 voit l'arrivée des premières données grillées Aviso, qui remportent un succès immédiat. Leur avantage réside, bien sûr dans la présentation des données sous forme de "grille" régulièrement espacées, mais aussi dans le fait que ces données sont "multi-missions" (aujourd'hui distribuées sous la gamme "Ssalto/Duacs"), combinant les mesures de plusieurs satellites.
GFO (Geosat Follow-on) est lancé en février par l'US Navy, pour prolonger la mission Geosat (1986-1990).
En cette année de l'océan, Godae (Global Ocean data assimilation experiment), programme international d'océanographie opérationnelle commence. Ce programme a pour but de mettre en place un véritable système intégré d'observation et de prévision de l'océan, et de démontrer l'intérêt de maintenir un tel système sur le long terme.

1999

El Niño arrive en phase La Niña en 1999.
Sur le satellite, l'évènement de l'année est le passage à l'altimètre redondant, "Topex-B", afin de corriger une dérive du premier, Topex-A. La présence à bord de deux instruments équivalents (redondance) aide à prolonger la vie de la mission. Un problème ou une défaillance d'un seul instrument ne mettant pas la mission en péril.

2000

En 2000 se met en place le plan de calibration et validation (Calval) de Jason-1. Topex/Poséidon y tient une place non négligeable puisque, durant 6 mois au moins, les deux satellites vont se suivre (à 1 minute d'écart) et mesurer du coup pratiquement la même chose.
Dans le paysage de l'océanographie opérationnelle, Godae entre dans sa phase de développement et de test de ses composantes.

2001

2001 est une année faste, avec en début d'année, la concrétisation du projet Mercator par le 1er bulletin (sur l'Atlantique Nord et Tropical au 1/3°) le 17 janvier ;
Le 7 décembre, c'est le lancement du successeur de Topex/Poséidon, Jason-1, qui assure la continuité tant attendue de la mission, et marque le début de l'altimétrie "opérationnelle" avec des données livrées 3 h (OSDR) et 2 jours (IGDR) après la mesure.

2002

À partir de la mi-août, pour ses dix ans, Topex/Poséidon est progressivement décalé sur son orbite, pour atteindre, mi-septembre 2002 une nouvelle orbite, à mi-chemin entre ses anciennes traces (celles de Jason-1 à partir de ce moment-là). Cette phase tandem permet de disposer des mesures de deux altimètres de précision, intercalibrés, sur deux orbites similaires écartées de 158 km à l'équateur.
Le 1er mars, Envisat satellite d'observation de la Terre de l'Esa est lancé. Il embarque (entre autres) un altimètre et prendra le relais d'ERS-2.
Un El Niño avorté est observable en 2002. Les modèles prévoient au printemps un phénomène "modéré", qui va en fait disparaître complètement avant de toucher les côtes d'Amérique du Sud. Ce genre de surprise met en évidence la nécessité des observations sur le long terme, afin de bien connaître les phénomènes et leurs variantes, pour les modéliser correctement.

2003

2003 est l'année de l'interactivité, avec l'ouverture du LAS (Live Access Server) et de l'Opendap Aviso, qui permettent de tracer des cartes et courbes, et de récupérer les données interactivement. Les données Topex/Poséidon, ainsi que les données combinant plusieurs satellites y sont accessibles.
Par ailleurs, la phase de démonstration de Godae commence : les différents centres fournissent, de façon concertée, des produits à la communauté des utilisateurs.

2004

Avec le calcul, à partir de données altimétriques, in situ et du satellite Grace d'une topographie dynamique moyenne précise, l'accès au courant total, et non plus à ses "seules" variations devient possible. Les produits ADT (Absolute Dynamic Topography) et MADT (Maps of ADT), respectivement le long de la trace et grillés, désormais distribués par Aviso, offrent cette vision sur la dynamique océanique.

2005

Topex/Poséidon connaît une défaillance d'une de ses roues d'inertie début octobre. Malgré de nombreuses tentatives, les ingénieurs du JPL (Nasa) ne parviennent pas à le rétablir.
La vie de ses mesures se poursuit cependant, avec des retraitements des données Jason-1 mais aussi Topex/Poséidon et Envisat qui commencent, afin d'obtenir un jeu de données de la meilleure qualité possible sur la plus longue période. Ces retraitements intègrent les modèles et les corrections les plus à jour.
Le 14 octobre, Mercator sortait son 1er bulletin global au 1/4° qui décrit les courants, la température et la salinité de l'ensemble des océans du globe, de la surface au fond et avec 15 jours d'avance.

EnglishFrançaisEspañol
Flux RssContactPlan du sitePartenairesFAQGlossaireLexiqueMobile
Vous devez activer les cookies dans votre navigateur afin que vos préférences soient enregistrées.
Vous utilisez une ancienne version d'Internet Explorer, mettez le à jour pour profiter pleinement des fonctionnalités d'Aviso+

Personnaliser la page d'accueil

Tout voir
Affichage réduit
Grand public
Utilisateur

Sélectionner un widget

Découvrir AVISO+

Accueil personnalisable, outils de lecture, guide de recherche produits, etc. Découvrez pas à pas les nouvelles fonctionnalités du site AVISO+.

Page d'accueil personnalisable

La nouvelle page d'accueil se compose de blocs appelés "widgets".

Réorganisez les blocs avec un "Click & Drop".

Masquez un widget avec la croix en haut à droite. Réinitialisez ou ajoutez un widget avec l'icone "Clé à molette". Les profils "Utilisateur" et "Grand public" vous proposent une organisation prédéfinie.

Toutes les modifications sont automatiquement enregistrées en cookies sur votre poste. Vous créez ainsi votre propre AVISO+.

Outils de lecture

Améliorez votre confort de lecture en personnalisant la couleur de fond des pages (noir/blanc) et/ou en modifiant la taille de la police.

Menu navigation et fil d'Ariane

Afin de faciliter votre navigation au sein d'AVISO+, vous pouvez à tout moment naviguer en utilisant les rubriques et sous-menus interactifs ou le menu navigation sur la gauche de votre écran (ouvert par défaut). Pour plus de lisibilité du contenu des pages, le menu de navigation peut se replier sur le côté et réapparaître grâce au petit onglet de va-et-vient. A tout moment, vous pouvez retrouver votre position dans le site grâce au menu navigation ou grâce au fil d'Ariane, situé en haut des pages.

Guide de recherche de produits

Le premier sous-menu de la rubrique "Données" vous amène à un nouveau formulaire de recherche vous permettant de trouver plus rapidement le produit qui vous convient. Une liste de résultats s'actualise en fonction de vos critères de sélection.

Nouvelle galerie AVISO+

Le premier sous-menu de la rubrique "Multimédia" vous conduit à la galerie AVISO+ regroupant une sélection d'images et de vidéos en lien avec l'altimétrie et ses applications. Bonne visite!